Le 21 août 2009

dimanche 23 août 2009
par  Amifama
popularité : 52%

ENTRE MAPUTO I ET MAPUTO II  

MISSION IMPOSSIBLE ?

 

Je vous livre le texte d’un politicien anonyme paru dans La Tribune du 17 août dernier qui me parait refléter une opinion largement répandue dans la Grande Île mais, par peur, rarement exprimée.

 

Que fera la communauté internationale si Maputo I n’est pas respecté, autrement dit si la mouvance Andry Rajoelina refuse au fond de partager un pouvoir usurpé ? La reprise ou non des soutiens financiers est sans doute la clef de toute l’affaire. Car comment Andry pourra-t’il continuer à se prétendre le seul représentant du peuple malgache s’il perd l’appui financier de la communauté internationale ?

La démocratie a décidément, ici comme ailleurs, bon dos.

 

Dadabe

21 août 2009

 

« C’est la descente aux enfers. Les Malagasy sont aujourd’hui terrorisés. Jamais dans l’histoire la violence n’aura été autant exacerbée. Jamais dans l’histoire nos chères valeurs si sacrées que sont le respect et le Fihavana1 n’auront été aussi souillées. Aujourd’hui le vote des malgaches a été volé par un homme aveuglé de pouvoir2.

 

Pourquoi refuser un référendum démocratique quand on se proclame porte-parole du peuple ? Pourquoi kidnapper des hauts gradés et un chef religieux pour les forcer si on est sûr du bien fondé de son mouvement ? Pourquoi faire croire en l’existence de méchants mercenaires ? C’est un peu comme les armes de destruction massives … on ne les retrouvera jamais.

Les actions du président3 qu’elles soient critiquables ou pas, ne méritent en aucun cas des agissements aussi radicaux. Le camp TGV2 a très vite oublié les 100 et quelques personnes tuées dans les émeutes meurtrières qu’il a provoquées bien avant le 7 février. Il est plus accommodant pour l’opposition2 de se réfugier lâchement dans les évènements du 7 février* mais elle oublie les innocents décimés auparavant. Quand seront jugés ceux qui ont envoyé ce fameux Black Monday4 des partisans brûler les bâtiments des médias publics ?

Je pense que seule une intervention étrangère pourra raisonner ces têtes brûlées et permettre à toute la population de s’exprimer. La HCC5 légalisera-t’elle un mouvement fondé sur la peur et les intimidations ? On peut certes duper les politiciens les plus crapuleux, mais la force n’enlèvera jamais au peuple sa liberté de penser. La vérité sortira d’elle-même et l’histoire vous jugera ».

· Note de la rédaction. Le 7 février, les opposants au Président Marc Ravalomanana, Andry Rajelina et Monja Roindefo avaient demandé à leurs partisans d’investir le Palais présidentiel, un lieu classé « zone rouge », causant ce jour là la mort d’une quinzaine de personnes tuées à balles réelles par la garde présidentielle. Le Président fut accusé par la suite d’avoir ordonné les tirs sans sommation. Pareillement pour ses opposants, Andry et Monja, qui furent accusés d’avoir trompés leurs partisans, sachant pertinemment que dans une zone rouge la Garde présidentielle allait tirer. Andry et Monja avaient pris place loin de la tête du cortège. Cet évènement sanglant est le principal motif de destitution du Chef de l’Etat, Marc ravalomanana par ses opposants.

1 concorde

2 mouvance Andry Rajoelina

3 mouvance Marc Ravalomanana

4 lundi noir

5 Haute Cour Constitutionnelle


Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 27 mai 2020

Publication

100 Articles
7 Albums photo
Aucune brève
1 Site Web
1 Auteur

Visites

2 aujourd’hui
12 hier
42624 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté